L’esprit, dans sa capacité à optimiser la cohérence de vie, organise nos comportements autour de la tentative de gestion de l’inconnu.

Cet inconnu est à la base de nos réflexes de peur et, par conséquent, de nécessité de contrôle.

Il nous entraine, paradoxalement, à développer des attitudes de sur-contrôle visant à nous rassurer en instaurant des boucles d’auto-réflexe.

Malheureusement, et bien évidemment d’ailleurs, cela nous enferme plus que cela nous libère.

C’est l’origine de nos croyances.

Elles nous entrainent, en permanence, à projeter sur la réalité notre propre imaginaire mêlé d’angoisse.

D’où, à terme, la mise en place d’un paradoxe : plus nous voulons tout contrôler, plus nous nous angoissons.

Et moins nous sommes capables de générer un espace d’épanouissement.

Le jugement, dans notre culture et dans notre éducation qui en découle, est l’expression visible de nos croyances.

Cela s’exprime souvent de façon imperceptible dans nos comportements alimentaires.

Étant entendu qu’ils sont directement en lien avec notre univers de pensées bâti depuis notre propre enfance.

Et minutieusement entretenu à chaque repas !

La recherche de notre équilibre personnel dans tout l’espace de vie que nous habitons, nous invite au cheminement respectueux vers la satisfaction de nos besoins réels et la capacité à sculpter notre horizon de rêves.

En nous détachant de nos croyances limitantes.

Venez découvrir, avec Nadège Fontaine, les pistes pour y accéder.

Leave a Reply