L’avancée des connaissances nous apporte, chaque jour un peu plus, un éclairage un peu plus pertinent sur la réalité qui nous entoure.

Et pourtant, nous restons si facilement aveugles face à cette évidence lumineuse que nous avons face à nous…

Le monde se meurt. C’est une réalité.

La nature recule partout où l’homme avance…

Et même si certains esprits tentent d’alerter la société, il est tout de même, pour le moins étonnant, que cette disparition programmée ne suscite pas spontanément un soulèvement général de bonnes intentions et d’actions concrètes en vue d’un changement radical de comportement.

Oui, bien sûr, chacun connait le poids des habitudes et les difficultés à pouvoir adopter de nouveaux réflexes.

Nous avons tous fait l’expérience des bonnes résolutions du 1er Janvier…

Et, à fortiori, lorsque nous ne mesurons pas suffisamment la portée de nos actes sur le quotidien.

L’impact de notre ignorance cumulée à l’inertie liée à nos héritages nous freine sans cesse.

Le sursaut salvateur ne pourra se produire qu’à partir du moment où cette urgence sera intégrée comme une priorité absolue dans l’esprit de chacun.

Et peut-être aussi, lorsque nous aurons fini de céder aux injonctions des magiciens de la pensée qui sculptent dans nos esprits l’anesthésie de nos réflexions…

Pour y voir plus clair, n’attendons pas la fin du monde…

 

Leave a Reply